Le manuel de lecture idéal

(0 avis)
  |   1

Description

Dès le mois de janvier, je commence à me questionner sur mon futur manuel de lecture mais je ne suis pas la seule à le faire… Les éditeurs nous contactent via nos boîtes mails pour nous interroger sur nos goûts, nos besoins et nos préférences en termes de méthodes de lecture.

Magnard semble concocter une nouvelle version de Que d’histoires !, en tout cas, s’interroger sur le sujet d’après le questionnaire reçu récemment dans ma boîte mail personnelle. Je sais que Bordas prépare une nouvelle version du manuel Lecture Tout Terrain que j’ai utilisé pendant 4 ans et beaucoup apprécié, même si je devais l’enrichir d’albums pour la lecture compréhension. D’autres éditeurs sont certainement dans les « starting blocks » car ils sont nombreux à avoir attendu la mise en œuvre des nouveaux programmes 2016 au cycle 2 pour se pencher sur leurs méthodes de lecture.

Je vous présente dès aujourd’hui mon rêve en matière de support de lecture et j’espère que vous y ajouterez votre grain de sel pour peaufiner nos futurs choix de manuels ! La liste de mes envies commence ainsi, mais elle pourrait bien s’allonger avec le temps et la réflexion…

Pour moi, le « manuel rêvé » serait :

  • Un support qui, comme Pilotis et Trampoline, distingue l’apprentissage du code de la lecture compréhension. C’est d’ailleurs ce que préconisent nos nouveaux programmes. On peut ainsi avancer plus rapidement en étude du code ou en compréhension, selon les périodes et selon ses choix.
  • Un dispositif basé uniquement sur 2 fichiers et des albums, comme Trampoline, et sans obligation d’achat du manuel de lecture. Le manuel est souvent très onéreux et lorsque l’on doit équiper une classe de 25 élèves, on ne peut pratiquement rien commander d’autre cette année-là. Les livres sont bien souvent très fragiles et ne supportent pas plus d’un an ou deux, grand maximum, les voyages quasi-quotidiens dans les cartables. On peut compléter le fichier de code par des fiches de sons à télécharger gratuitement sur le site de l’éditeur, ce qui laisse le choix de s’en inspirer pour concevoir ses propres fiches de sons.
  • Un fichier de code qui propose une progression des sons cohérente et tenant compte des dernières études sur l’apprentissage de la lecture, des exercices très structurés et progressifs de phonologie, d’orthographe et d’entraînement en écriture sur les lettres étudiées, comme dans Lecture tout terrain. Il faudrait éviter de demander aux élèves d’écrire des mots dès le début du CP, en cursive, à l’aide de lettres non encore étudiées, comme c’est le cas dans le fichier de code Trampoline
  • Un héros comme Ratus, Gafi, Taoki ou Ludo est très porteur et motive les enfants. J’aimerais beaucoup que les phrases à lire ou les courts textes pour s’entraîner en étude du code reposent sur les aventures liées à la vie de classe d’un personnage sympa et drôle. Dans le fichier de code, on pourrait ainsi aborder la vie quotidienne de l’élève et le calendrier (rentrée, fêtes, règles de vie, vie animale, saisons, vie végétale…) comme dans Ecrire avec Ludo.
  • Un fichier de compréhension qui comporte l’étude de la langue (vocabulaire, grammaire, orthographe) ainsi que la production d’écrits, liées à l’étude des albums. J’aimerais étudier la phrase à partir d’extraits d’albums étudiés ou le verbe, l’adjectif en situation et en contexte.
  • La lecture compréhension basée sur la lecture offerte par l’adulte au premier trimestre et la lecture suivie d’albums par les élèves à partir de janvier. La découverte des textes complets, comme dans Pilotis, avec une démarche de questionnement (qui ? quand ? quoi ? où ?) sur chaque texte étudié. J’apprécie moyennement le choix de Trampoline de faire lire aux enfants des phrases ou extraits très courts des albums lus, je trouve que ces citations extraites sont plus pauvres que l’étude d’un texte complet, et qu’on étudie peu la structure de textes dans ces conditions.
  • Dans la mesure où il est préférable de faire lire les albums en entier, le choix des albums est délicat, bien sûr : on choisira des textes assez simples ou répétitifs comme les contes en randonnée en janvier et la difficulté ira s’accentuant jusqu’en fin de CP. Mais un album comme Le cerisier me paraît toujours difficile d’accès en juin, de par son vocabulaire très élaboré. Le choix des albums est donc très subtil ! Il faut idéalement qu’ils soient à la fois riches et accessibles… et que les illustrations complètent ou contrebalancent les textes et constituent un départ intéressant pour les échanges en langage oral et la découverte des textes.
  • L’étude de 5 albums dans l’année, un par période, avec des types d’écrits et genres divers (documents, BD, contes, récits de vie, policiers…), et des thèmes porteurs (animaux, lecture, amitié, différence, vie d’école…).
  • Les évaluations en étude du code et lecture compréhension prévues pour chaque période dans un « classeur de réussites » avec des parcours et jeux de remédiation.
  • Un manuel numérique gratuit pour les adoptants !
Voir plus sur Le blog de Chat noir

D'autres ressources qui pourraient vous intéresser

Soyez le premier à donner votre avis !