Manipuler et mémoriser des mots au CE2 Recommandé

(3 avis)
  |   141
Classe
Matière
Type
Indéterminé
Ressource proposée par Lutin Bazar

Description

Article mis à jour le 09/09/18 A la rentrée 2018 mon école passe à 4 jours, je modifie donc quelques petites choses au fil de l’article…

Ma progression d’orthographe CE2 est la même qu’au CE1. Je revois donc tous les sons… Eh oui !
Je vous propose donc une démarche pour manipuler et mémoriser des mots au CE2.
L’ensemble de l’article vise à expliquer le fonctionnement en double niveau, mais il est bien sûr tout à fait possible de suivre cette démarche dans un CE2 simple !
Explications…

 

Une démarche facile à mettre en oeuvre en double niveau

Vous le savez, pour mes CE1, je suis une adepte de la méthode J’entends, je vois, j’écris de Claude Picot. Cette méthode me permet de mêler les révisions de phonologie – indispensables au sortir au CP – et la mémorisation orthographique. Vous trouverez dans l’article dédié mon cahier de sons CE1 (composé de 34 fiches de sons), les exercices qui l’accompagnent, les maisons des sons à afficher, et d’autres bricoles.

Lorsque j’ai repris un CE1/CE2 l’an dernier, je me suis alors demandé comment gérer l’orthographe avec les CE1 et les CE2 en même temps.
Je voulais clairement continuer à utiliser le travail que j’avais fait pour mes CE1, contente des résultats obtenus. 
Le plus logique semblait d’utiliser Je mémorise et je sais écrire des mots de Françoise Picot, puisque cette méthode reste dans l’esprit de J’entends, je vois, j’écris. Oui mais… même esprit certes, mais une démarche tout de même bien spécifique.
Je ne me voyais pas avoir deux progressions différentes, jongler entre les deux niveaux en étant sur des objets d’étude différents. Il est clair que les attentes ne sont pas les mêmes au CE1 et au CE2, mais les objectifs sont, eux, clairement identiques : savoir identifier les différentes graphies qui codent les phonèmes, savoir orthographier des mots courants, mémoriser des mots.
A partir de ce que l’élève entend et voit, il doit peu à peu être en mesure de dégager les propriétés de certains mots et les règles qui en régissent l’écriture, de manière à faire un transfert lorsqu’il orthographie des mots qu’il n’a pas appris.

Je suis donc allé voir sur le site Léa puisqu’on m’avait fait part d’une adaptation de J’entends, je vois, j’écris par Françoise Picot justement (je dis “justement” car l’auteur de la méthode, Claude Picot, est son mari).

Mme Picot propose de suivre au CE2 la même programmation qu’au CE1. Premier bon point ! Car qui dit même programmation, dit possibilité de faire des choses en commun.
J’entends d’ici la question qui m’a déjà été fréquemment posée : “N’est-ce pas superflu de revoir tous les sons au CE2 ?”
Je vais répondre de manière claire et concise : non. Bon ok, je m’explique un peu plus…

En CE2, travailler la conscience phonologique peu paraitre superflu, notamment pour les sons simples. Raison pour laquelle on a plutôt l’habitude de se concentrer sur les sons à graphies multiples voire quelques sons simples mais fréquemment confondus (p/t/b/d ; f/v…).
Or dans la démarche que je vous propose aujourd’hui, c’est vrai, on revoit TOUS les sons. Il faut donc être bien au clair avec les objectifs de cette démarche pour en comprendre l’intérêt :

  • L’objectif principal c’est l’orthographe. Et là je peux assurer que rien n’est superflu, et que non, en CE2, les élèves n’ont pas tous acquis l’orthographe des mots simples et courants !
  • L’objectif second c’est le lexique. Dériver des mots pour construire des familles, identifier des antonymes, des synonymes…

En bref, l’objectif de la démarche c’est de jouer avec la langue pour améliorer son orthographe et enrichir son lexique.
L’élève va, jour après jour, manipuler et mémoriser des mots. Et ça, c’est bien au programme du CE2 !
C’est donc le moyen d’entrer dans les activités qui se fait par les sons ; mais le travail sur les sons n’est pas une finalité.
Les fiches de sons, qui contiennent des tableaux de mots, deviennent des référentiels qui servent à l’élève tout au long de l’année dans les diverses activités écrites qu’il rencontre.

Alors concrètement, comment ça se passe ?

Françoise Picot a mis à disposition sur Léa des fiches de sons niveau CE2, des listes de mots à apprendre, ainsi que le descriptif d’une séquence hebdomadaire. Sur cette fiche de préparation, vous pourrez voir ce qu’elle propose pour gérer les deux niveaux sur les mêmes créneaux horaires.
Je ne suis pas exactement ses propositions, ce que je vais vous expliquer en dessous est donc mon adaptation de ses travaux. Libre à vous de comparer pour vous faire une idée et voir ce qui vous convient le mieux.

Dans son adaptation de J’entends, je vois, j’écris, Françoise Picot fait également mention des “synthèses”. Il s’agit de séances supplémentaires portant sur les règles d’orthographe : M devant M,B,P ; les valeurs des lettres S, C et G ; les rôles des lettres T et S ; les accents ; les prépositions à/au/aux ; les mots qui se terminent par -ail/-aille et cie  ; les déterminants possessifs ; les pluriels et les féminins particuliers des noms et des adjectifs.
Le détail de ces séances figure dans son livre Je mémorise et je sais écrire des mots. Il n’est pas indispensable de l’avoir puisqu’on n’utilise pas cette méthode telle quelle, mais c’est un bon point d’appui si on veut des séances clé en main. J’avais pour ma part acheté l’ancienne édition il y a un moment, mais il vient d’être réédité. Vous pouvez le trouver sur Amazon, ou sur le site de Canopé.

Le cahier de sons Description

En année 1, j’avais prévu un cahier grand format. Mais à l’usage ce n’est franchement pas pratique ! C’est un cahier qui est censé être manipulé souvent, pour les séances d’orthographes, mais aussi pour toutes les activités d’écriture. Pour la rentrée prochaine je teste donc autre chose.

En année 2, j’ai opté pour un petit cahier de 140 pages. Dans ce cahier étaient collées les fiches de sons et les collectes (on retrouve bien l’esprit Picot). Je verrai à l’usage si le cahier devient trop gros/lourd.

Edit 09/09/18 Cette année, en année 3, j’ai décidé de prendre un petit cahier 96 pages. Comme je le craignais l’année dernière, le cahier de 140 pages me semble trop lourd pour un transport quotidien. De plus, avec le recul, je me suis rendu compte que mes élèves ne revenaient sur les pages de collectes que sur les heures de classe. J’ai donc jugé qu’il n’était pas nécessaire que ces pages soient transportées quotidiennement à la maison. 

Les pages spéciales avec les collectes seront donc collées dans le classeur de lexique que je teste depuis 2 ans et dont je vous parle ici.

Dans le cahier de sons, je mets donc maintenant :

  • une page de garde
    Vous la trouverez ici !
  • un sommaire
    Afin de faciliter le repérage dans le cahier, un sommaire est indispensable. Il faut donc demander aux élèves de numéroter toutes les pages de leur cahier dès le début de l’année. Ils complètent ensuite le sommaire au fur et à mesure qu’on y colle les fiches de sons.
  • un récapitulatif des mots appris au CE1 
    J’avais certains de mes CE2 au CE1, je trouve donc bien de commencer en leur montrant tous les mots qu’ils ont appris l’an dernier (380 mots tout de même !). Et pour les élèves qui n’étaient pas avec moi, cette liste servira tout de même de référence car il s’agit de mots issus de listes de fréquence soigneusement sélectionnés par Claude Picot comme devant être connus à l’issue du CE1.
  • un récapitulatif des mots appris au CE2 
    Je donnerai à chaque période un récapitulatif des mots appris classés par nature (verbes, noms, adjectifs, mots invariables, déterminants).
  • 32 fiches de sons
    Chaque fiche est divisée en 2 parties. La première partie contient un exercice ritualisé de phonologie, un texte-support pour la recherche des graphies et des exercices d’orthographe. La seconde partie est dédiée au tableau des mots classés par graphies.

 

Documents

N.B. Tous les documents sont à imprimer en mode “2 pages par feuille”.
J’ai choisi une police à colorier pour les titres afin qu’ils se voient bien dans le cahier. Pour qu’ils se repèrent vite dans le cahier, on peut imprimer le sommaire et les titres des pages spéciales sur du papier de couleur.

Edit 09/09/18 Je laisse les anciennes versions en téléchargement pour ceux qui souhaitent tout mettre dans le même cahier comme je faisais …

Voir plus sur Lutin Bazar

D'autres ressources qui pourraient vous intéresser

24 Février 2019 - Kokiche
23 Février 2019 - mamoune
20 Février 2019 - Laetitia Almaraz

Une belle démarche pour manipuler et mémoriser les mots.