Poésie : comment je m’y prends dans ma classe ?

(1 avis)
  |   8
Ressource proposée par Lutin Bazar

Description

Coucou à tous !
Me revoilà avec un article en préparation depuis plusieurs semaines maintenant 🙂
Il fait suite à un article sur la poésie à l’école paru dans Libération cet été, pour lequel j’avais été interviewée.

Cela fait plusieurs années que je travaille sur le sujet de la poésie dans ma classe de cycle 2, avec comme objectif majeur, celui de motiver mes élèves à apprendre des poèmes. Par là, j’entends s’investir et surtout y prendre du plaisir.
Je suis arrivée aujourd’hui à un système qui plait à mes élèves… et à moi aussi. Le temps est donc venu de partager tout cela avec vous…

Ça, c’était avant…

A mes débuts, je proposais à mes élèves de réciter un poème sur le thème du moment (admettons, « l’automne » pour faire original ^^). Je leur proposais alors 2 ou 3 poèmes parmi lesquels ils choisissaient leur préféré. Cela leur laissait une petite liberté, et permettait à la classe de ne pas entendre 30 fois le même texte.
Je vous avoue que même si mes élèves y mettaient du coeur, il m’était difficile de prendre du plaisir lors des séances de récitation, qui se voulaient malgré tout très répétitives… Inutile de dire qu’il en était de même pour les enfants et qu’au bout de 3 ou 4 récitations, l’attention était largement déficitaire (et pour cause !).

Côté évaluation, j’utilisais une grille de critères afin que chaque élève puisse situer ses points forts, les progrès réalisés et les points à améliorer pour les récitations futures. Cette fiche était glissée dans le cahier de poésie.

Un fonctionnement classique mais qui ne convenait à personne.
Voici donc quelques explications sur les choses que j’ai mises en place et qui fonctionnent aujourd’hui…

Maintenant…
  • Un large choix de poèmes

Petit à petit j’ai élargi ma « banque de poèmes » et créé les fameux recueils par thèmes que vous pouvez trouver sur mon blog depuis un bon moment déjà. Cela m’a permis, dans un premier temps, de proposer non pas 3, mais une dizaine de poèmes sur un même thème.
Et puis finalement, je me suis dit « A quoi bon limiter à un thème ? » et j’ai proposé à mes élèves de choisir eux-mêmes les poèmes qu’ils récitaient. Rien de très original j’en conviens, nombreux sont les profs qui fonctionnent comme ça dans leurs classes.

Il y a donc au fond de ma classe 2 classeurs remplis de poèmes (environ 150 il me semble mais je ne les ai pas recomptés récemment ^^), répartis par thèmes avec des intercalaires. En gros, il s’agit de tous mes recueils imprimés et placés dans un classeur. 

  • Un objectif à l’année

Chaque poème est codé selon son niveau de difficulté : de 1 à 3 points. Quelques rares poèmes, très longs ou très compliqués sont notés « 3 points + ».
Cette gradation permet bien entendu de différencier pour les élèves en difficulté. Mais aussi de laisser chaque élève libre de se fixer son propre objectif. 

En effet, j’annonce à la rentrée de septembre que l’objectif annuel est de 10 points de récitation. Il ne s’agit en aucun cas de « points » se rapportant à une note, vous l’aurez compris, mais bien à la difficulté. En effet il est plus laborieux de mémoriser et de mettre en voix un poème à 3 points, il me semble donc juste d’en exiger un nombre plus réduit sur l’année. 

Evidemment, certains enfants sont et seront toujours récalcitrants pour apprendre et réciter des poèmes. Mais grâce à ce système, même les enfants qui manquent de confiance en eux parviennent à trouver des poèmes assez simples et sont en réussite.
Et pour la grande majorité, on pourrait s’attendre à ce qu’ils s’arrêtent à leur objectif de 10 points une fois celui-ci atteint. Mais pas du tout, au contraire. Lorsqu’ils ont la satisfaction d’avoir atteint leur objectif annuel, ils se sentent capables de plus et continuent pour se dépasser.

Et puis pour les motiver encore plus, lorsque leur objectif de récitation est atteint, ils remportent un tampon « formidable ». Voire carrément un tampon « champion » pour les poèmes « 3 points + ».

  • La copie

Une fois son poème choisi, l’élève le sort du classeur et le copie sur une feuille.
Lorsqu’il a terminé, il colle au-dessous une « bande de récitation » et la complète avec la date qu’il a choisie pour sa récitation (voir explications plus bas) et colorie le nombre de points que « vaut » le poème.
Il place ensuite le modèle et sa copie sur mon bureau afin que je corrige les erreurs.

C’est à ce moment que j’évalue la copie en entourant la bulle « COPIER » de la couleur correspondant à l’évaluation de l’élève. Pour plus d’infos, je vous invite à consulter mon codage couleur. 
Il y a toujours un tampon « champion de copie » à la clé, mais pour cela il faut que la copie soit par-fai-te ! C’est le petit + qui motive, mais il est évident qu’un élève qui fait 3 fautes de copie sur un poème entier aura quand même sa bulle cerclée de bleue.

  • L’illustration

Ensuite l’élève doit traditionnellement illustrer sa poésie. Là encore, j’ai élargi mes attentes afin que mes élèves trouvent un réel plaisir à créer. J’ai troqué le traditionnel cahier de poésie pour un porte-vues. De cette manière, ils peuvent glisser à l’intérieur des réalisations en relief et se lâcher totalement.
Au début de l’année c’est timide et j’ai beaucoup de dessins, puis au fil des semaines les réalisations se diversifient, les enfants s’inspirant les uns des autres.
Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous avez pu admirer récemment des illustrations « pop-up », des collages extras, etc. Ils m’impressionnent chaque jour davantage !

  • La récitation

Lorsque l’élève a terminé de copier son poème, il choisit une date pour le réciter et s’inscrit sur le planning affiché dans la classe. Il a la possibilité de choisir une date dans les 3 semaines suivant la date de remise de sa copie. 
Il inscrit cette date dans son agenda.

Afin de rendre les séances de récitations plus attrayantes, j’ai limité leur durée à une vingtaine de minutes, 2 fois par semaine.
Sur une séance, il y a 5 « créneaux » disponibles, c’est-à-dire que l’on peut entendre jusqu’à 5 récitations, pas plus. 
Et comme les élèves choisissent eux-mêmes leurs poèmes parmi les 150 proposés, il y a peu de chance d’entendre deux fois le même lors d’une même séance. Et ça, c’est le top !! La classe est vraiment attentive, curieuse de découvrir les poèmes du jour.

  • L’évaluation

J’évalue mes élèves grâce à la « bande de récitation » mentionnée plus haut, que vous pouvez visualiser ici :

 

La copie ayant déjà été évaluée, il reste 3 items à colorer le jour de la récitation : « MÉMORISER » – « RÉCITER » – « ILLUSTRER ».
Afin que mes élèves (et leurs parents) sachent exactement ce que j’attends d’eux dans chaque item, je leur ai fait une fiche qui reprend les critères de l’ancienne grille que j’utilisais. Cette fiche figure dans le porte-vues.

Le fait de regrouper les critères d’évaluation en 4 bulles me permet d’évaluer plus rapidement et de manière encore plus visuelle.
Ainsi, j’entoure chaque bulle de la couleur correspondant à l’évaluation, sachant que celle-ci est réalisée avec l’ensemble de la classe.
Comme il n’y a que 5 « poètes du jour » par séance, nous prenons le temps de commenter rapidement chaque récitation : le reste de la classe donne son avis sur les points à améliorer et surtout, souligne ce qui mérite des félicitations.
Je montre l’illustration rapidement à la classe, et laisse à la fin de la séance un petit temps libre afin que les artistes en herbe puissent faire admirer leurs oeuvres à leurs camarades.

J’indique également sur la fiche si l’objectif est atteint, partiellement atteint ou non atteint. J’attribue le nombre de points correspondants (par ex, sur un poème à 3 points, l’élève ne peut en obtenir que 2… Mais c’est rare ^^).

En téléchargement… Planning Bandes de récitation Critères d’évaluation

Vous trouverez le planning avec ou sans Alphafun. Et si vous ne comprenez pas ce que je raconte, rendez-vous ici pour lire pour article sur les Octofun.

Voir plus sur Lutin Bazar

D'autres ressources qui pourraient vous intéresser

3 Juillet 2019 - Miss T