Rallye-lien : gestion du comportement

Classe
CE2
Matière
Indéterminé
Type
Indéterminé
Ressource proposée par Mélimélune

Description

Pour répondre au rallye-lien de PE pour la vie, je vais tâcher de faire le point sur les outils que j’ai utilisés cette année et sur les nouveautés que je veux installer à la rentrée. 

Pour lire les brillantes idées des autres profs blogueurs, cliquez sur le bouton :

1. Bien se comporter, ça s’apprend : les règles D’OR !

Il me paraît fondamental de considérer que les règles de vie, c’est comme tout, ça s’apprend et si ça s’apprend c’est que ça s’enseigne 😉

L’année prochaine, je teste les mini-leçons « vie de classe » : les règles D’OR ! Pour découvrir ces mini-leçons et/ou proposer vos contributions, cliquez :

Afin de rappeler à tous les principales règles, j’ai réalisé cet affichage (grâce aux cadres gratuits que l’on peut trouver ici). Cliquez pour télécharger.

D’autres règles d’or réalisées par Lutin Bazar.

 

2. Le comportement, c’est d’abord collectif : le scoreboard !

Pour cette raison, mon outil préféré reste le scoreboard. En début d’année, j’ai pu le constater, mes élèves n’étaient pas forcément très agréables les uns avec les autres, et ne pensaient pas collectif. D’autre part, j’ai eu cette année plus de difficulté à leur faire comprendre la nécessité de se ranger rapidement et de garder un calme relatif dans les couloirs. Il me fallait sanctionner positivement ou négativement le comportement de la classe entière plutôt que celui d’élèves individuellement. Au cours de mes recherches sur le whole brain teaching (plein de choses intéressantes chez Alet et Mallory), j’ai découvert un nouvel outil : le score board (traduisez tableau des scores) d’une simplicité remarquable. Je l’ai d’abord testé au tableau (matériel nécessaire : une craie !) et ça a tout de suite très bien fonctionné. Le principe est de diviser un tableau en deux parties, l’une avec un « bonhomme sourire » et l’autre l’inverse. On y « note » le comportement de la classe sur les points qui nous intéressent. Désormais, quand mes élèves montent en classe dans le calme, je trace un bâton dans la colonne du bonhomme sourire. S’ils rentrent en silence dans la classe, s’ils sont calmes pendant une activité, s’ils travaillent vite et bien… Et parfois même, quand un élève donne une réponse particulièrement pertinente, il peut faire gagner un point à la classe (quel plaisir pour eux !). Évidemment, on sanctionne de la même façon les mauvais comportements (mais là, attention : un élève ne peut pas par son comportement individuel faire gagner un mauvais point à la classe : c’est bien trop dur à assumer et on obtiendrait l’effet inverse sur l’ambiance de classe). En fin de période : semaine, période, journée (comme on veut), on fait le compte : les élèves perdent ou gagnent une activité plus ludique. Pour que le système fonctionne, il est impératif de toujours laisser une courte distance entre les deux volets du tableaux. Si les élèves sont assomés de points négatifs : ils laisseront tomber et ne chercheront plus à gagner. Il faut veiller à garder un écart de 3 ou 4 points maximum. L’enjeu de la victoire peut-être un fun friday comme le propose Alet, la diffusion d’un film ou d’un documentaire, mais aussi une séance bonus, comme la fabrication d’une roue du cycle de l’eau (ici). La séance en question peut-être une séance qu’on aurait faite de toutes façons, mais qui peut-être déplacée dans le temps.

Avantages de ce système :
– les élèves pensent collectif ! Je vois nettement une différence dans les comportement : ils se moquent moins (comportement sanctionné en début d’année, mais qui n’apparaît plus), ils font des efforts ensemble, ils sont un vrai groupe-classe… Les élèves ne travaillent plus les uns contre les autres mais ensemble. C’est toute une vision de la société qui peut se jouer (bon, je m’embale…)
– on peut ainsi sanctionner des comportements qui ne relèvent pas vraiment de l’individuel : le comportement dans le rang, quand un adulte rentre dans la classe, l’autonomie générale pendant les ateliers…
– de cette façon il devient facile de congratuler ses élèves et ça, on y pense pas assez souvent (enfin moi…). Ça ne marche bien sûr que si l’on est persuadé que si l’on félicite ses élèves souvent, ceux-ci auront de plus en plus l’envie de bien faire.
– C’est tellement simple !

> Pour télécharger le scoreboard cité en exemple en haut, cliquez dessus.

> Pour télécharger la mini-leçon sur le score board, cliquez sur les règles D’OR.

3. Comment gérer les écarts de chacun ? Avec le clipchart ! 

Il s’agit d’une échelle qui sert à graduer le comportement de chacun.

À chaque étage sa petite phrase clé et sa couleur : en bleu « bravo ! », en vert « tout va bien », en jaune « attention », en orange « réfléchis bien » et en rouge « sanction ». Dans ma classe j’utilise le système des pinces-à-linge qui est très simple à manipuler, ce qui permet d’envoyer un élève « puni » baisser sa pince-à-linge tout seul (aucune filouterie à ce jour mais il faut quand même avoir l’œil… Si jamais l’enfant décidait de punir un camarade…). 

Tous les élèves commencent leur journée dans le vert. Ils peuvent descendre en cas de mauvais comportement et monter en cas d’attitude remarquable (réponse particulièrement pertinente, un élève en aide spontanément un autre, progrès pour un élève qui a des difficultés à se comporter calmement, petit challenge perso pour un élève…)

Avantages de ce système :

-clair à comprendre pour les élèves
-pas besoin d’élever la voix ou de s’interrompre trop longtemps (très utile par exemple quand on est en atelier dirigé avec des élèves et qu’on désaprouve le comportement d’un élève en autonomie)
-permet à l’élève de se rattrapper et de remonter sur l’échelle

> S’il vous plaît, cliquez sur l’aperçu à droite, imprimez, coloriez si vous le souhaitez, plastifiez… Et assemblez (pour cela, j’ai utilisé des punaises pour trouer, un stylo pour agrandir les trous et du fil argenté).

 

4. Comment sanctionner ? 

Bon, je ne répondrai pas à cette question parce que bien sûr, je ne suis pas satisfaite de mes sanctions.. Car je n’aime pas trop en arriver là. L’année dernière je n’avais pas trop prévu le coup (habituée aux classes plutôt calmes) et – j’ai un peu honte de l’avouer – j’ai beaucoup donné de lignes. C’est bête et inutile. Je n’ai pas vraiment trouvé de solution à ce problème, mais j’ai de nombreuses pistes chez mes cyber-collègues chéris ! Je vous les présente donc :

– la fiche de réflexion chez Alet
– la boîte à gentillesses chez Sage

Je mettrai ces deux systèmes en place l’année prochaine.

 

5. Comment permettre à chacun de s’exprimer… 

Grâce à ce rallye-lien j’ai redécouvert les boîtes de Romy. Elle propose un formidable travail de gestion des conflits et d’épanouissement des élèves sur son blog. Je vous engage vraiment à lire ses articles plein d’idées. Dans la classe de Romy donc, il y a plusieurs boîtes, destinées à accueillir l’expression des élèves. La boîte à colère et la boîte des douceurs. Trouvant l’idée excellente, j’ai décidé de mettre en place l’année prochaine une boîte « J’aimerais qu’on en parle ». Cette boîte sera disposée à côté du clip chart, du score board et des règles D’OR. Je vérifierai tous les soirs ce qu’elle contient et déciderai alors de la façon dont seront traités les « problèmes » évoqués. 

 

Voilà mes quelques pistes sur la question…

Voir plus sur Mélimélune

D'autres ressources qui pourraient vous intéresser

Soyez le premier à donner votre avis !