Développement personnel des enseignants et plaisir d’enseigner

geste

On parle souvent du développement des élèves, de leur bien-être en classe nécessaire aux apprentissages. Il ne faut pas oublier l'autre versant, moins pris en compte, le bien-être des enseignants.

En effet, pour pouvoir transmettre de la meilleure manière les connaissances et mettre en place la bienveillance, il est nécessaire que les enseignants soient bien eux-même sur leur lieu de travail. Or, ce n'est pas si facile, d'abord car ce métier gère de l'humain. Nous devons prendre ne compte les affects des élèves, leurs besoins immédiats et leurs diverses réactions, ce n'est pas toujours si facile. Ces derniers temps, la méditation ou les pédagogies liées aux émotions de l'élève fleurissent, on voit l’engouement de calme et attentifs comme une grenouille. Ces méthodes reposent sur des exercices de respiration simples qui aident peu à peu à se recentrer sur l’instant présent et à prendre du recul par rapport à l’agitation et aux ruminations. Mais qu’en est-il du bien-être des enseignants sur leur lieu de travail et dans le cadre de leur propre classe ?

Gestion des émotions et affirmation de la posture physique

Dans l'ouvrage Bien dans sa tête, bien dans sa classe, Daniel Adad et Pascal Bihannic détaillent des méthodes de développement personnel adaptés au contexte scolaire.

Dans cet ouvrage, les auteurs effectuent une distinction entre :

  • les qualités intérieures comme la gestion du stress, la persévérance
  • les actions concrètes comme préparer sa classe, connaître les attentes institutionnelles.

Le stress peut concerner tous les publics, aussi bien les enseignants débutants que les expérimentés. Ce métier oblige à suivre l’évolution de la société et des mentalités. Sans l’enthousiasme face au travail, enseigner peut générer un mal être en classe et dans la vie familiale en dehors de l'école.

L'ouvrage développe notamment, outre la communication non verbale et autres exemples concrets, l'estime de soi car une posture bienveillante envers soi-même est la clé pour inspirer confiance aux élèves mais aussi au reste de l’équipe pédagogique. Comme avec les élèves, les enseignants ont le droit à l’erreur. Il suffit juste de nous en rendre compte et de chercher les moyens de corriger cela. Il est aussi nécessaire (et cela n'est pas toujours facile surtout en début de carrière), de prendre une distance affective suffisante avec le milieu professionnel. Se créer une barrière entre l’école et la vie privée permet de prendre du recul afin de mieux gérer nos émotions pour que celles-ci influent le moins possible sur les élèves.

Les exercices de prise de distance proposés dans cet ouvrages sont complétés par des exercices centrés sur l’attitude physique. Enseigner c'est aussi mettre son corps en action. Théâtraliser est le maître mot et pas seulement en maternelle ! Par les gestes, la position du corps, notre nervosité apparente, les élèves peuvent percevoir notre état émotionnel. Il est important d'adopter une attitude qui nos rend fort et confiant et qui leur renvoie l'image de respect et de confiance. Cela est indispensable face à des publics en test permanent des limites qui n'hésiteront pas à "pousser à bout" l'enseignant s'ils détectent un manque de confiance chez lui. Générer consciemment une attitude physique affirmée via l'entretien des émotions positives est un élément clé de la construction de l'enseignant comme référent respecté dans la classe.

Développer son image de bon enseignant

  • Dans leur ouvrage Apprendre autrement avec la pédagogie positive, Audrey Akoum et Isabelle Pailleau (2013) démontrent l’importance d'avoir une bonne image de soi pour apprendre. Il en est de même pour l'enseignant. Elles proposent des outils à utiliser dans le cadre d'une discipline positive (coopération modèles de gestion de conflits) mais aussi des réponses à des comportements dangereux. Dans tous les cycles, il est possible d'enseigner sans se baser sur des rapports de force mais en instaurant un respect et une entraide. Cela ne veut pas dire qu'il faut laisser faire les élèves mais au contraire être ferme. Cette fermeté passe comme nous l'avons dit par la carrure et le charisme affirmés de l'enseignant.
  • Enfin, pour être un bon enseignant, il faut être bien face aux élèves comme nous l’avons vu mais aussi dans son équipe; Un enseignant c'est parfois être seul toute la journée face à des enfants. Il est important de travailler en lien avec les autres collègues de l'école. Le bulletin officiel précise l'importance d'une communauté éducative soudée autour de projet. Cette communauté éducative pourra assurer un cadre sécurisant pour 'enseignant qui se sentira épaulé et en sécurité dans l’école. Un enseignant est souvent seul face à sa classe et à ses problèmes de gestion de conflits ou ses inquiétudes, se sentir entouré par les collègues permet de se rassurer et savoir qu’on peut compter sur l’équipe pédagogique en cas de difficultés.

Le maintien nécessaire du plaisir d’enseigner

  • Le plaisir d'enseigner existe encore. Malgré ce qui est présenté dans les médias, enseigner est difficile mais il est possible, et même nécessaire d'y trouver un épanouissement. Certes cela est plus facile en début de carrière qu'après de nombreuses années en classe où l'effet de surprise et la motivation tendent à faiblir. Dans l'ouvrage Le bonheur à l'école, on trouve pleins d’exemples traduisant le plaisir d'enseigner. Pour citer l'auteur lors d'un entretien sur café pédagogique en date du 26 août 2013: "Prof, c’est un métier qu’on n’a jamais fini d’apprendre... Non qu’il faille tout réinventer à chaque fois, mais quand même... La majorité d’entre nous reprend, modifie, en fonction des expériences passées, des nouveaux élèves".
  • Ainsi, en tant qu'enseignant il est de notre devoir de viser la réussite de nos élèves mais il est essentiel qu’en tant qu’enseignant nous soyons épanouis dans nos classes. Il ne faut pas oublier que c'est à nous de mettre en œuvre cela. Nous sommes le premier maillon de la chaîne de l’éducation. C'est le bien-être de l'enseignant et son rapport personnel à l'enseignement qui va guider la scolarité de l’enfant.
  • Nous avons tous un enseignant dont nous nous souvenons car il nous a marqué par les projets mis en œuvre, par son dynamisme ou par une manière particulière de transmettre les connaissances. C’est maintenant à nous en tant qu’enseignant de nous donner les conditions pour laisser un souvenir dans l’esprit de nos élèves !

Le mot de la fin :

"On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est." Jean Jaurès

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les meilleures ressources pédagogiques par e-mail

Commentaires

  • Soyez le premier à écrire un commentaire !