Aider un élève dyspraxique

brain-78440_640.jpg

Enseigner à un enfant souffrant de dyspraxie peut être une expérience frustrante en raison du large éventail de symptômes qu'un élève peut présenter. Bien que moins connue que d’autres difficultés d’apprentissage, la dyspraxie chez les enfants est relativement courante, 6 à 10% de la population étant touchée dans une certaine mesure.

Néanmoins, les parents et les enseignants peuvent aider les élèves ayant des difficultés d’apprentissage en reconnaissant la cause fondamentale des problèmes de performance de l’enfant et en leur apportant un soutien approprié, afin de faciliter la réussite de l’enfant dyspraxique en classe.

1/ Définition

La dyspraxie est une difficulté ou une impossibilité à automatiser les enchaînements moteurs qui se déclenchent normalement à l'évocation d'un but (par exemple faire ses nœuds de lacets). La cause est une anomalie de fonctionnement de certains circuits cérébraux.

Il y a différentes dyspraxies :

-la dyspraxie gestuelle qui impacte les gestes du quotidien, l’habillage et les repas mais aussi la parole.

-la dyspraxie constructive qui entraîne une difficulté plus une incapacité aux repérage en 3D (puzzle, cube) ou en, 2D (pages). C’est cela qui entraîne des difficultés dans le tracé des lettres ou en repérage spatial.

La circulaire du 31-02-2002 reconnait la dyspraxie en tant que trouble de l'apprentissage.

Quand faire attention ?

En maternelle, c'est l'image d'un enfant distrait, peu appliqué, qui se défend à l'oral mais ne réalise rien ou très mal malgré les modèles, et peut ensuite devenir coléreux, opposant, en difficulté relationnelle avec les autres.

En école élémentaire, malgré le bon niveau de langage, des difficultés importantes se révèlent : dysorthographie car la forme de la lettre n'est pas stable, dyslexie, dyscalculie, difficultés en géométrie, en géographie alors que l'enfant peut raisonner et faire état de connaissances. N'hésitez pas à consulter notre article sur les troubles d'apprentissages. Un enfant dysphasique a des compétences qui lui permettent d’apprendre à lire en CP ; cependant il va rester au stade de « déchiffrage » plus ou moins laborieux avec une fatigabilité à la lecture anormale et une dysorthographie qui s’aggrave avec l’âge.

2/ Quelles conséquences scolaire et prise en charge ?

Un projet personnalisé de scolarisation (PPS) est souvent nécessaire pour demander une prise en charge en vue la nécessité d'aides humaines (AESH), d'adaptations des enseignements (privilégier l'oral, réduire l'écrit par des photocopies, aménager les contrôles...), d'aides techniques ou de matériel spécialisé pour pallier les difficultés graphiques, orthographiques, et en géométrie (ordinateur avec logiciels adaptés). Au cas où la dyspraxie s'avère massive, le recours aux ULIS peut être nécessaire, il s'agit alors le plus souvent de CLIS 4, accueillant des enfants présentant un handicap moteur.

Ce lien Eduscol propose une ressource d’accompagnement pour les enfants dyspraxiques TSA avec notamment le cadre général, des mises en œuvre de PPS et des aménagements pédagogiques.

D’ autre part, cette adresse présente l’outil Dyspraxitheca qui est un site de ressources pour élèves dyspraxiques de 6 à 15 ans. Des modèles de leçon et des fiches pratiques sont consultables. Des fiches pratiques peuvent d’ailleurs servir aussi bien aux enseignants qu’aux parents.

3/ Une adaptation de l’enseignement

Les travaux de Danièle Dumont sur les DYS propose une bonne réflexion dans son ouvrage, le geste d’écriture. Danièle Dumont est rééducatrice en écriture, formatrice en pédagogie de l'écriture propose une méthode d'apprentissage qui prend appui sur des savoir-faire acquis à travers des activités ludiques. Se basant sur ses travaux, Les docs d’Estelle propose une fiche méthode sur la tenue du stylo. Instit.info prolonge cela avec une feuille lignée pour les élèves dyspraxiques.

Parmi eux, plusieurs jeux peuvent être utilisés pour aider la tenue du stylo :

-le finger twist sur le modèle du Twister, ce célèbre jeu qui consiste à poser mains et pieds sur les ronds de couleurs d'un tapis. Ce jeu peut se fabriquer en classe ou être imprimé. La motricité fine est développée.

-des marionnettes à doigts ou des jeux de gym des doigts.

-doigts malins : En faisant glisser les boules par dessous avec les doigts, il faut recopier le modèle d'une carte, seul ou à deux, le plus vite possible et sans erreur.

Chez Maliluno propose des liens vers d’autres sites sélectionnés proposant des séances aménagées pour les élèves DYS et notamment dyspraxiques.

Un enfant dyspraxique présente des troubles de la coordination. Le Stylo de Véro propose des réflexions et de pistes d’adaptations pédagogiques pour ces élèves présentant des troubles de la coordination. Allez voir le travail très fouillé en phonologie adapté pour les DYS à imprimer pour les CE1.

Pour terminer et élargir le sujet, je vous invite à consulter cette liste présente des ressources pour les enfants souffrant de troubles d’apprentissages en particuliers des ressources numériques. Et comme comprendre ces élèves, C’est pas Sorcier, il suffit d’écouter Jamy vous expliquer l’origine des troubles DYS. Alors en route !

Caroline, conseillère pédagogique

Ces idées vous inspirent ? N’hésitez pas à consulter mon profil ici et à vous abonner à mes publications.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les meilleures ressources pédagogiques par e-mail

Commentaires

  • Soyez le premier à écrire un commentaire !