Pédagogie et neurosciences

Neurosciences

Les neurosciences ont le vent en poupe ! Il y a 10 ans, l’OCDE publiait le rapport “Comprendre le cerveau : naissance d’une science de l’apprentissage” qui faisait l’état des lieux de ce que les neurosciences pouvaient apporter à l’éducation. Depuis, l’idée qu’une meilleure compréhension du cerveau peut contribuer à faire avancer les pratiques pédagogiques s’est répandue : l’année dernière, les Cahiers pédagogiques y consacraient même un numéro.

Sans considérer les neurosciences comme une recette miracle pour l’école, on peut s’interroger sur ce qu’elles recouvrent et sur ce qu’elles peuvent apporter dans la salle de classe. Et si vous êtes intéressés, nous vous donnons également des pistes pour vous former ! Bonne lecture !

Neurosciences et éducation : quelques définitions

Neurosciences, sciences cognitives, neuroéducation… La différence entre tous ces termes n’est pas toujours très claire. Petit récapitulatif :

  • Neurosciences

Les neurosciences sont les études scientifiques du système nerveux, en particulier du cerveau. Elles croisent l’apport de plusieurs sciences : biologie, chimie, mais aussi maths, physique, informatique, en passant par la psychologie cognitive.

Les neurosciences ont connu un essor très fort avec les progrès technologique de l’imagerie médicale, notamment le développement de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) à partir des années 1970.

Quelques exemples de sujets auxquels s’intéressent les neuroscientifiques : le fonctionnement de la mémoire, les maladies neurodégénératives (comme Alzheimer, les relations entre perception et réalité… et évidemment l’apprentissage !

  • Sciences cognitives

Les sciences cognitives sont un domaine de recherche interdisciplinaire faisant intervenir les neurosciences mais également la psychologie, l’intelligence artificielle, la linguistique, la philosophie et les sciences sociales. Elles ont vocation à explorer les différentes facettes et capacités de l’esprit humain comme la conscience, le langage, les émotions, le raisonnement… Et également l’apprentissage !

Les neurosciences appliquées à ces sujets s’appellent tout simplement les neurosciences cognitives.

  • Neuroéducation

La neuroéducation cherche à utiliser les découvertes des neurosciences cognitives sur les mécanismes cérébraux liés à l’apprentissage pour améliorer les méthodes d’enseignement.

Quelques apports des neurosciences à la pédagogie

Si les neurosciences cognitives sont loin de tout expliquer et de pouvoir dicter aux enseignants comment faire leur métier, elles peuvent sur de nombreux points informer leurs pratiques pédagogiques. C’est à ce titre qu’un chapitre de L’essentiel de la pédagogie 2017 leur est consacré, à côté d’autres thématiques comme le numérique ou encore la différenciation.

Voici quelques champs en particulier sur lesquels les neurosciences peuvent apporter un éclairage intéressant :

  • La lecture : tout comme les linguistes et les psychologues, les neuroscientifiques ont leur rôle à jouer dans la compréhension des mécanismes à l’oeuvre dans l’apprentissage de la lecture. L’ouvrage de référence Nouveaux regards sur la lecture leur donne la parole aux côtés des autres spécialistes.
  • Les troubles des apprentissages : l’étude du cerveau permet de mieux comprendre les causes des troubles cognitifs comme la dyslexie ou la dyscalculie, de développer la possibilité de les diagnostiquer pour, à terme peut-être, pouvoir les prévenir.
  • L’apprentissage des langues : dans ce domaine où les pensées préconçues fourmillent (“on naît doué pour les langues”, “rien de mieux qu’un séjour à l’étranger pour apprendre une langue”, etc.), les neurosciences permettent de distinguer le vrai du “neuromythe”. L’ouvrage L’apprentissage des langues, écrit par un chercheur spécialiste de la question, pointe et déconstruit ces mythes un à un dans ses 9 passionnants chapitres.
  • La mémorisation : on dit souvent qu'il y a ceux qui ont une mémoire "auditive" tandis que d'autres sont plus "visuels" mais les neurosciences nous enseignent qu'en réalité les principaux mécanismes de la mémoire sont les mêmes pour tous... Et ils gagnent à être connus ! Comme l'explique cet article de Gynger (nouveau média spécialisé sur la famille, l'enfance et l'éducation), des chercheurs en sciences cognitives ont démontré que le plus important pour mémoriser était d'espacer les périodes d’apprentissage ("spacing") et de tester ses connaissances au fur et à mesure (“testing”) À méditer !

Enseigner avec les neurosciences

Faire passer les découvertes des neurosciences à la salle de classe en les traduisant en pratiques pédagogiques : c’est ce que cherche à à faire la neuroéducation. Si le champ n’est pas encore extrêmement développé en France, il existe quand même des moyens de se former :

  • Les cours de Stanislas Dehaene au Collège de France exposent les découvertes en neurosciences applicables à l’éducation et explorent la question de la formation des enseignants à ces sujets.
  • Le MOOC “Éducation par la recherche - Neurosciences à l’École” proposé par les Savanturiers, vous permettra de vous initier aux enjeux et méthodes de la recherche en neurosciences appliquée à l’éducation.
  • Le site sciences-cognitives.fr met à disposition tout une bibliothèque complète de ressources pour vous permettre de vous former, et conseille des outils numériques inspirés de recherche en neurosciences, comme Anki, un outil de mémorisation.

Pour aller plus loin, vous pouvez également vous tourner vers deux formations en présentiel :

Ces ressources vous inspirent ? N’hésitez pas à les tester en classe et à nous faire partager votre expérience en vous inscrivant gratuitement !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les meilleures ressources pédagogiques par e-mail

Commentaires

  • Soyez le premier à écrire un commentaire !